Couleur fushia

Couleur fushia

CASSIA_EN_COURSA chaque fois que j’utilise la couleur fushia, j’ai une pensée émue pour Franck S. Il était un de mes camarades de classe  à la fin de mon parcours estudiantin. Pendant les heures de cours, je passais mon temps à admirer son nez. Un nez droit et fin : le plus beau nez qu’il m’ait permis de voir ! Un jour, il m’a dit : « Ta  chemise est impossible. La couleur explose les yeux. » C’était une chemise fushia. Pas un fushia timide, fade, mais bien pétant, qui se trouve encore quelque part dans ma garde-robe.  Qu’est-ce que j’ai pu le taquiner. C’était un mec cool, brillant, doux, nonchalant, lumineux, ouvert d’esprit… Il aimait le hard rock et animait une radio à ses heures perdues. Un jour, je lui ai déclaré ma flamme. Il m’a répondu : « Je ne peux pas sortir avec toi, car ma famille est raciste. » Bien sûr, j’étais déçue de sa réponse. J’aurais voulu qu’il se montrât combattif pour imposer ses choix. Mais ce n’était pas dans son tempérament. Le fait qu’il ait exposé la situation clairement m’avait permis de tourner la page sans souffrance.

 

Fushia or not fushia pour le fond ?

Avant que la lumière ne s’éteigne…

Avant que la lumière ne s’éteigne…

YUKITA_EN_COURSCette nuit, j’ai bien cru que la vision s’en allait pour toujours… Des douleurs lancinantes dans l’oeil droit qui empêchaient de trouver le repos. Et l’oeil gauche chahutait aussi. Pourtant, l’oeil droit a reçu toutes les doses de collyres habituelles pour la nuit…

L’attention se portait sur la respiration pour laisser les douleurs en sourdine. La fatigue aidant, Morphée a pu m’accueillir dans ses bras à l’aube.

Au réveil, la vision est toujours là. Les douleurs ont disparu. Merci la Vie !

Vite ! Les couleurs pour la Belle YUKITA…

Le parcours de combattant du peintre

Le parcours de combattant du peintre

e-commerce-402822__340Un peintre connu via Facebook vient d’annoncer qu’il abandonne la partie. Il s’est mis à la peinture en 2012. Les expositions physiques, les places de marché sur le web, etc, il les a faites. Les ventes ne décollent pas. Il est découragé. Désormais, ses toiles ne sont plus à  vendre…

Il ne suffit pas d’avoir un style, de la technique. Encore faut-il rencontrer le bon public… Ce n’est pas évident ! Même avec beaucoup d’énergie, cela n’aboutit pas toujours.

Bien sûr, son cas me touche. Cette galère-là, je la connais aussi. Ce serait tellement génial de pouvoir vivre de son art. Mais je ne veux pas m’empoisonner l’esprit avec cette question mercantile. Place à la création. J’ai la chance de voir encore, j’en profite autant que possible. Quitte à ne plus manger à ma faim, je ne lâche pas le pinceau. De la joie de voir naître les détails des sujets sur une toile à chaque instant, c’est ma seule préoccupation. Oui de la joie, de la joie !

Les différents effets pour l’acrylique

Les différents effets pour l’acrylique

CHANNACes derniers jours, aucune nouvelle création. La curiosité m’a amenée à m’intéresser davantage à l’acrylique, aux effets de matière qu’on peut obtenir en travaillant de telle ou telle manière ou avec de tel ou tel médium. Après ces journées d’expérimentation, je reviens aux sources. C’est formidable toutes ces possibilités, mais je ne m’y retrouve pas pour l’instant. Qui sait, cela fera peut-être son chemin…

En attendant, j’aime travailler l’acrylique le plus simplement, juste avec de l’eau pour diluer plus ou moins les pigments.

Galerie d’exposition

Galerie d’exposition

galleryAh ! quel joli rêve cette nuit… Non loin de Paris, dans une bourgade au nom qui ressemblait à quelque chose comme Aeun, j’étais en pourparler avec l’équipe d’une galerie d’art susceptible d’accueillir mes toiles… Le cœur haletant… Au moment de finaliser les documents d’accord, c’est le réveil ! Brutal !

Dans la réalité, aucun contact avec une galerie quelconque. Le seul lieu public où mes tableaux sont visibles, c’est par les différents sites web et autres réseaux sociaux.

L’exposition physique n’est pas dans mes recherches. Pour accéder à certains endroits, il faut présenter un curriculum vitae d’artiste. Que contiendrait le mien ? Rien ! Pas d’école d’art, pas d’étude d’art, des expositions départementales rarissimes… Personnage d’aucun intérêt… Voilà pourquoi, je n’ai jamais démarché de galerie !

Ce que j’aime, ce sont les moments passés sur les toiles. Et c’est le plus important. En effet, quoi de plus délectable que d’entendre le silence dans sa tête, la « petite voix » se taire ?! En pleine création, totalement dans l’instant présent, il n’y a plus de pensée, plus de penseur… Juste l’extase !

Alors… reconnaissance ou pas…

De la couleur, s’il vous plaît !

De la couleur, s’il vous plaît !

IMG_7849L’état de l’oeil droit empire. L’obscurité gagne du terrain… A cela s’ajoute le fait que pendant quelques jours, le pourtour de l’oeil gauche présentait des décharges électriques. Serait-il atteint lui aussi ? Est-ce la fin de toute vision ? Hormis lâcher prise, qu’y a-t-il d’autre à faire ?

A la visite de contrôle, l’oeil gauche est parfaitement sain. Les décharges électriques semblent être une réaction cutanée, pas de lien avec l’oeil. Ouf !

Merci la vie de m’accorder encore la vision. Vive la lumière ! Vive la couleur !

Naissance difficile

Naissance difficile

JUHI_FINILa naissance de la Belle JUHI fut rude. Les coups de pinceau ne donnaient rien, rien de vivant. « Madame, poussez après chaque contraction ! La tête de votre enfant se présente… » Seulement, la dose de péridurale est tellement forte que toute sensation est annihilée.

– « Mais poussez donc !!! »

– « Je pousse pourtant de toutes mes forces !!! »

– « Bon ! Vous êtes à bout de force. Reposez-vous. On va reprendre le travail dans une heure et demi. »

Repos, changement d’air… Et voilà la Belle enfin vivante !

Où sont passées les couleurs ?

Où sont passées les couleurs ?

SATYA_En_Cours2Avec la Belle en cours, SATYA, on reste sur une tonalité très sobre. Rupture des couleurs ou coup de déprime ? Ni l’un ni l’autre. Juste une petite envie de cocooning… Ce début de mai est particulièrement pluvieux et froid, mais il en faut plus pour entamer le moral !

Les couleurs reviendront bientôt. Ou pas. On verra suivant l’inspiration…

Au revoir avril

Au revoir avril

BELA_En_CoursComme dit le proverbe : « En avril, ne te découvre pas d’un fil ! ». Même pour la dernière journée du mois en question, on n’est pas prêt de se promener en débardeur dehors… Il pleut, comme vache qui pisse. La température extérieure atteint à peine 10°C. La Belle en cours se retrouve machinalement dans une tonalité automnale… C’est drôle…