C’est la rentrée !

C’est la rentrée !

Aujourd’hui, c’est la reprise de la peinture ! Cela fait un mois, jour pour jour, que je n’ai pas touchée aux pinceaux. Il y a eu mille choses autres à faire et à aimer… Face à la toile blanche, le coeur bat plus fort que d’ordinaire. La main est un peu fébrile par le manque de pratique. Pour changer, c’est un visage féminin qui émerge de la blancheur… Hihihi. Dernièrement, mon galant m’a encore répété : « Tu prolonges le visage par un corps nu et tous tes tableaux se vendront ! ». Ce n’est pas faux que des réalisations avec des femmes érotiquement nues trouvent facilement preneurs. Mais voilà, l’inspiration ne me vient pas pour ça… Quant à mon ami, JM, il m’a conseillé de me passer pour morte, afin que la cote monte et je puisse vivre de mes tableaux, vivante… L’essentiel n’est pas de créer pour uniquement vendre. Si la vente se fait, tant mieux. L’essentiel est ailleurs. Et cet ailleurs n’est pas facile d’accès pour ceux qui se contentent de suivre les normes d’une société castratrice…

 

 

Isn’t she pretty ?

Isn’t she pretty ?

bebeQue dire d’un nouveau-né ? Parfois on n’a rien à dire devant la grâce. On se contente d’admirer la perfection, en silence.

– « Alors, qu’en penses-tu ? Pourquoi ne dis-tu rien ? N’est-elle pas jolie ? »

La beauté n’a lieu que s’il y a la laideur. Admettre l’une ou l’autre, c’est faire une comparaison. Et cette comparaison amène tout un lot de souffrances et de mal-être.

Ca apporte quoi de dire que la petite est jolie ? Ca fait du bien à l’égo de l’entourage…

Elle est parfaite dans son innocence.

SHEVANTI

SHEVANTI

SHEVANTIBien avant que la Belle SHEVANTI ne trouve acquéreur, j’avais vu la vente se réaliser en rêve. Le rêve était si réaliste. J’en étais très heureuse. D’autant plus heureuse que son prix était généreux… Dans les jours suivants, aucune demande pour la Belle ne s’est présentée. Au fond de moi, je gardais une certitude sans faille…

Ce ne serait pas la première fois que des événements se présentent en rêve avant de se concrétiser. Au printemps de 2010, dans un rêve, mon grand-père m’a dit que mon chapeau était beau et qu’il le voulait. (On avait cette passion commune pour les chapeaux). Je lui avais répondu : « Pourquoi je te donnerai mon chapeau ? Tu n’en as pas besoin : tu vas mourir. » Au matin, en arrivant au bureau j’avais dit à mon patron et ma collègue de l’époque que j’avais été vilaine dans mon rêve… Quelques heures après, on m’annonça le décès de mon grand-père…

J’avais vu la Belle SHEVANTI se vendre en rêve.  Aujourd’hui elle est auprès de Jérôme à Nantes. Merci à lui.

Venise

Venise

VeniseC’est toujours beaucoup d’émotion que de découvrir une toile dans sa maison de destination !

Chaque tableau est une histoire d’amour que j’ai envie de partager. De savoir que « VENISE » procure des sentiments me touche énormément. Merci au couple d’amoureux qui en avait passé commande. Longue vie à votre amour !

 

Couleur fushia

Couleur fushia

CASSIA_EN_COURSA chaque fois que j’utilise la couleur fushia, j’ai une pensée émue pour Franck S. Il était un de mes camarades de classe  à la fin de mon parcours estudiantin. Pendant les heures de cours, je passais mon temps à admirer son nez. Un nez droit et fin : le plus beau nez qu’il m’ait permis de voir ! Un jour, il m’a dit : « Ta  chemise est impossible. La couleur explose les yeux. » C’était une chemise fushia. Pas un fushia timide, fade, mais bien pétant, qui se trouve encore quelque part dans ma garde-robe.  Qu’est-ce que j’ai pu le taquiner. C’était un mec cool, brillant, doux, nonchalant, lumineux, ouvert d’esprit… Il aimait le hard rock et animait une radio à ses heures perdues. Un jour, je lui ai déclaré ma flamme. Il m’a répondu : « Je ne peux pas sortir avec toi, car ma famille est raciste. » Bien sûr, j’étais déçue de sa réponse. J’aurais voulu qu’il se montrât combattif pour imposer ses choix. Mais ce n’était pas dans son tempérament. Le fait qu’il ait exposé la situation clairement m’avait permis de tourner la page sans souffrance.

 

Fushia or not fushia pour le fond ?

Avant que la lumière ne s’éteigne…

Avant que la lumière ne s’éteigne…

YUKITA_EN_COURSCette nuit, j’ai bien cru que la vision s’en allait pour toujours… Des douleurs lancinantes dans l’oeil droit qui empêchaient de trouver le repos. Et l’oeil gauche chahutait aussi. Pourtant, l’oeil droit a reçu toutes les doses de collyres habituelles pour la nuit…

L’attention se portait sur la respiration pour laisser les douleurs en sourdine. La fatigue aidant, Morphée a pu m’accueillir dans ses bras à l’aube.

Au réveil, la vision est toujours là. Les douleurs ont disparu. Merci la Vie !

Vite ! Les couleurs pour la Belle YUKITA…

Le parcours de combattant du peintre

Le parcours de combattant du peintre

e-commerce-402822__340Un peintre connu via Facebook vient d’annoncer qu’il abandonne la partie. Il s’est mis à la peinture en 2012. Les expositions physiques, les places de marché sur le web, etc, il les a faites. Les ventes ne décollent pas. Il est découragé. Désormais, ses toiles ne sont plus à  vendre…

Il ne suffit pas d’avoir un style, de la technique. Encore faut-il rencontrer le bon public… Ce n’est pas évident ! Même avec beaucoup d’énergie, cela n’aboutit pas toujours.

Bien sûr, son cas me touche. Cette galère-là, je la connais aussi. Ce serait tellement génial de pouvoir vivre de son art. Mais je ne veux pas m’empoisonner l’esprit avec cette question mercantile. Place à la création. J’ai la chance de voir encore, j’en profite autant que possible. Quitte à ne plus manger à ma faim, je ne lâche pas le pinceau. De la joie de voir naître les détails des sujets sur une toile à chaque instant, c’est ma seule préoccupation. Oui de la joie, de la joie !

Les différents effets pour l’acrylique

Les différents effets pour l’acrylique

CHANNACes derniers jours, aucune nouvelle création. La curiosité m’a amenée à m’intéresser davantage à l’acrylique, aux effets de matière qu’on peut obtenir en travaillant de telle ou telle manière ou avec de tel ou tel médium. Après ces journées d’expérimentation, je reviens aux sources. C’est formidable toutes ces possibilités, mais je ne m’y retrouve pas pour l’instant. Qui sait, cela fera peut-être son chemin…

En attendant, j’aime travailler l’acrylique le plus simplement, juste avec de l’eau pour diluer plus ou moins les pigments.

Galerie d’exposition

Galerie d’exposition

galleryAh ! quel joli rêve cette nuit… Non loin de Paris, dans une bourgade au nom qui ressemblait à quelque chose comme Aeun, j’étais en pourparler avec l’équipe d’une galerie d’art susceptible d’accueillir mes toiles… Le cœur haletant… Au moment de finaliser les documents d’accord, c’est le réveil ! Brutal !

Dans la réalité, aucun contact avec une galerie quelconque. Le seul lieu public où mes tableaux sont visibles, c’est par les différents sites web et autres réseaux sociaux.

L’exposition physique n’est pas dans mes recherches. Pour accéder à certains endroits, il faut présenter un curriculum vitae d’artiste. Que contiendrait le mien ? Rien ! Pas d’école d’art, pas d’étude d’art, des expositions départementales rarissimes… Personnage d’aucun intérêt… Voilà pourquoi, je n’ai jamais démarché de galerie !

Ce que j’aime, ce sont les moments passés sur les toiles. Et c’est le plus important. En effet, quoi de plus délectable que d’entendre le silence dans sa tête, la « petite voix » se taire ?! En pleine création, totalement dans l’instant présent, il n’y a plus de pensée, plus de penseur… Juste l’extase !

Alors… reconnaissance ou pas…