Naissance difficile

Naissance difficile

JUHI_FINILa naissance de la Belle JUHI fut rude. Les coups de pinceau ne donnaient rien, rien de vivant. « Madame, poussez après chaque contraction ! La tête de votre enfant se présente… » Seulement, la dose de péridurale est tellement forte que toute sensation est annihilée.

– « Mais poussez donc !!! »

– « Je pousse pourtant de toutes mes forces !!! »

– « Bon ! Vous êtes à bout de force. Reposez-vous. On va reprendre le travail dans une heure et demi. »

Repos, changement d’air… Et voilà la Belle enfin vivante !

Où sont passées les couleurs ?

Où sont passées les couleurs ?

SATYA_En_Cours2Avec la Belle en cours, SATYA, on reste sur une tonalité très sobre. Rupture des couleurs ou coup de déprime ? Ni l’un ni l’autre. Juste une petite envie de cocooning… Ce début de mai est particulièrement pluvieux et froid, mais il en faut plus pour entamer le moral !

Les couleurs reviendront bientôt. Ou pas. On verra suivant l’inspiration…

Au revoir avril

Au revoir avril

BELA_En_CoursComme dit le proverbe : « En avril, ne te découvre pas d’un fil ! ». Même pour la dernière journée du mois en question, on n’est pas prêt de se promener en débardeur dehors… Il pleut, comme vache qui pisse. La température extérieure atteint à peine 10°C. La Belle en cours se retrouve machinalement dans une tonalité automnale… C’est drôle…

Bain de couleurs au soleil

Bain de couleurs au soleil

ARUNI_VENTEARUNI se dore au soleil en cette dernière journée de la semaine. Derniers coups de pinceau reçus ce matin à l’aube.

Demain sera un autre jour de travail… Allez hop ! Partons en promenade dans la verdure gardoise !

Non, pas de chasse de chocolat dans le jardin ! Il reste encore plein de chocolat reçu en cadeau pour Noël. D’accord ! le chocolat, c’est super bon pour le moral… Il faut croire qu’on n’en a pas tellement besoin par ici… Mais au moins, on a de la réserve en cas de besoin !!!

Belles à l’arrivée

Belles à l’arrivée

BellesROSALINA et EPIMEDE sont bien arrivées en Pays de Loire, chez un fidèle admirateur. Les langues se délient ici. C’est dommage que ROSALINA soit partie aussi vite… Son absence remue un peu les tripes. Pas d’attachement, pas de souffrance. Mais quelquefois ce principe refuse de s’appliquer et fait saigner le coeur… On se console en disant qu’il y en aura bien d’autres de Belles !

D’inspiration…

D’inspiration…

ROSALINAEn ce moment, ce sont des commandes de portraits animaliers qui occupent l’emploi du temps. Pas de place pour les Belles. Pourtant, ROSALINA s’est présentée à l’esprit et impossible de la reporter à plus tard. C’est maintenant qu’elle veut naître ! Désolée chat et âne, je vous abandonne un instant pour la Belle.

Rêver de Venise

Rêver de Venise

VENISE_EN_COURS2Aujourd’hui, alerte orange pour vent, pluie et neige… On reste volontiers à l’intérieur. Ainsi, la toile en cours pourra recevoir ses derniers coups de pinceau. Le couple qui a passé commande voulait un format pas plus grand que 60 cm de long.  Ca tombe bien, il se propose en magasin du 60×40 cm. Seulement, c’est en lin (Oh la la ! c’est quasiment le double du prix de la version coton.). Je n’ai jamais travaillé cette matière. Même pas peur. En fait, c’est bien différent du coton. Les grains sont plus gros et irréguliers. Ce qui dévie facilement les poils du pinceau. Autre difficulté, la peinture a du mal à pénétrer, même quand elle se présente très liquide.

En plus de ce changement de support, je n’ai pas fait non plus de dessin préparatoire sur la toile, direct la peinture. C’est ardu quand il s’agit de rectifier après coup !!!

Ainsi donc, la réalisation de ce tableau a nécessité beaucoup de temps… Parfois, je me trouvais à la limite de l’abandon. Au bout de deux journées pleines de travail, le dégradé du ciel ne me convenait toujours pas. Que faire ? Lâcher prise, respirations profondes et une bonne de sommeil !

Au final, ce fut un bon voyage imaginaire à Venise…

 

 

Toc… Toc… ? C’est le printemps…

Toc… Toc… ? C’est le printemps…

AUBEPINE_EN_COURSLe thermomètre affiche 18° degrés dehors. La Belle AUBEPINE reçoit ses derniers coups de pinceau derrière la baie vitrée ouverte. Ca sent bon le printemps ! Certes, le soleil et la chaleur, font du bien au moral. Mais si la douceur grignote sur l’hiver et l’automne, y aura-t-il encore des saisons ? Notons que c’est grâce aux saisons que la terre a pu se peupler… Ca donne à réfléchir tout de même.

Quoi qu’il en soit, la Nature sortira toujours vainqueur !!!

Dans le froid de l’hiver

Dans le froid de l’hiver

Cendras_neigeCa y est ! La vague de grand froid semble bel et bien s’éloigner de la région. Jeudi dernier, au petit matin, la neige avait tout recouvert. On ne mettra pas notre nez dehors. Peut-être juste pour faire un bonhomme de neige ou une bataille de boules de neige. Mais, contrairement à ce que l’on avait prévu, on n’ira pas en ville. Pas folle la guêpe : ce serait suicidaire que de rouler sur de la neige fraîche et en descente de colline, avec des pneus non adaptés  !!! Non et non ! La voiture ne bougera pas de sa place tant que le chemin communal ne sera pas dégagé.

Eh ! Paf ! 8h36 : l’électricité se coupe. Elle va revenir. Oui, 8 heures après… La maison étant tout-électrique, on n’a que quelques bougies pour se chauffer et s’éclairer. Au bout peut-être de quatre heures, le froid commence à se faire sentir. Deux couches de gros pulls ne suffisent pas. On se jette des couvertures sur le dos et on médite dans la pénombre.

On sait qu’à un moment donné, tôt ou tard, le courant va revenir. Il n’y a pas lieu de s’inquiéter. Le réfrigérateur contient des aliments consommables froids. Et il y a toujours quelques boîtes de conserve de plats préparés en réserve. Au pire, si la température devient glaciale et que l’électricité n’est pas rétablie avant la nuit, on ira trouver refuge dans une maison voisine, inoccupée, disposant d’une cheminée, dont les propriétaires mettent de bon coeur à notre disposition.

On a une pensée pour tous les gens qui sont obligés d’affronter ce froid en permanence. On sent monter l’injustice en nous. Mais comment faire ?!! On a des idées…seulement…utopiques, pour l’état de conscience actuel. Par bonheur, il est en train de s’élever partout dans le monde.